Perfusion

La pose de perfusion : hygiène

A haut risque infectieux, la pose d’accès veineux ou sous-cutané nécessite une rigueur en terme d’asepsie : le protocole bétadine est inévitable, ou Hibitane si la personne soignée n’a pas le droit aux produits iodés. Les protocoles varient d’un service à un être, et les fiches suivantes ne sont qu’indicatives : elles peuvent, au mieux, permettre d’améliorer les habitudes d’un service.

La perfusion est un soin infirmier de A à Z

Certains aides-soignants retirent les perfusions lorsqu’ils savent que le patient peut être déperfusé. Il n’en a pas le droit et a donc intérêt à redoubler de rigueur : asepsie, point de compression… En cas de problème, c’est l’infirmier qui endosse tout! Il convient donc d’être solidaire et cohérent au sein de l’équipe paramédicale pour éviter les soucis…

Quels types de perfusion?

Il y a plusieurs dispositifs permettant d’administrer un traitement per os, IV, sous-cutané, sublingual… Le but étant d’optimiser l’absorption du traitement tout en protégeant le capital veineux ou tissulaire. Ces soins infirmiers demandent technique, confiance en soi, concentration et anticipation.